Peut-être vous êtes-vous déjà demandé : «mais pourquoi certains arrivent toujours à voir le verre à moitié plein?»

Quand on est au milieu des problèmes du quotidien, quand l’horizon semble bouché, comment faire pour rester optimiste?

Pensez-vous que c’est une question de nature? D’éducation? De travail sur soi? Un peu de tout ça à dire vrai.

Être optimiste, cela s’apprend.  Être optimiste, c’est quelque chose contagieux, encore faut-il être prêt à recevoir cette dose d’énergie positive!

Voici quelques conseils pour apprendre à le devenir ou à le rester le cas échéant.

Lister ce qui est positif

Il est important que vous preniez conscience qu’il existe des choses positives autour de vous et dans votre vie. Commencez par lister, noir sur blanc, l’ensemble des aspects qui vous semblent entrer dans cette catégorie.

Pensez à votre travail, à votre vie de famille, à votre partenaire, à votre état de santé, à ce que vous avez réussi à faire jusqu’ici.

Vous vous rendrez compte rapidement que le malheur est assez relatif et que vous avez de belles choses autour de vous qui méritent d’être choyées.

Surveiller son vocabulaire

Les mots que vous utilisez ont un pouvoir.  Selon votre état d’esprit, vous allez plus facilement vous exprimer d’une certaine manière, n’est-ce pas?

Pour devenir optimiste, bannissez certains mots et certaines expressions négatives de votre vocabulaire. Remplacez-les par des tournures positives.

Par exemple, au lieu de dire «ne t’inquiète pas pour cela», préférez «rassure-toi, je vais…» où la connotation positive est immédiate, car le verbe lui-même est à la forme affirmative.

Transformer le négatif en positif

Au lieu de vous plaindre et d’envisager le mauvais côté d’un événement, voyez-y une opportunité de faire autrement.

Ce refus, ce report ou cette impossibilité survient sûrement pour que vous fassiez différemment, pour que vous considériez les choses sous un autre jour.

Dites-vous bien qu’il n’y a pas de véritable problème, mais que des solutions. Il suffit de changer son point de vue, de prendre du recul pour envisager une alternative.

Gérer et analyser ses émotions

L’apprentissage de l’optimisme demande du travail de votre part. Ainsi, quand une émotion forte survient — qu’elle soit négative ou positive par ailleurs — apprenez à la reconnaître, à l’accepter.

Ne cherchez pas nécessairement à la contrôler ni à la refouler.

En acceptant vos émotions, vous apprenez à mieux vous connaître, vous pouvez même anticiper vos émotions et accroitre votre confiance en vous.

Pratiquer la méditation

Être optimiste, c’est savoir connaître ses objectifs, c’est identifier qui l’on est, quelles sont nos forces et nos faiblesses. Pour cela, vous devez être pleinement conscient de vous-même.

La méditation offre cette opportunité de «mindfulness» (ou pleine conscience) qui vous aide à vous concentrer sur le moment présent sans critique ni jugement.

En apaisant votre esprit avec la méditation, vous évacuez vos mauvaises pensées, vous acceptez davantage vos émotions et vos sensations corporelles.

S’imprégner de pensées positives

Pour devenir optimiste, vous devez abreuver et nourrir votre corps, votre esprit et toute votre personne d’émotions positives. Ce n’est pas pour autant qu’il faut rester béat.

Concentrez-vous sur le réel, sur le moment présent, c’est ainsi que vous nourrissez votre optimisme comme un moteur pour booster votre confiance.

Et si vous avez des doutes ou des moments de flottements, imprégnez-vous de citations positives.

Écrivez-en quelques-unes sur des post-it et accrochez-les dans votre bureau, dans votre chambre, dans votre salon. Ces expressions vont vous stimuler et s’intégrer petit à petit dans votre mode de pensée.

shares