Être un bon manager, c’est avant toute chose montrer une direction, mais également donner des consignes à suivre.

Toutefois, aujourd’hui, le monde du management est bousculé par de nouvelles pratiques qui correspondent davantage à l’air du temps et à l’arrivée des générations Y et Z sur le marché de l’emploi.

Le management positif est une démarche qui entre dans cette nouvelle catégorie.

 

Principes du management positif

 

S’inspirant de l’éducation et de la psychologie positive, le management positif repose sur 5 principes essentiels :

  • La bienveillance et l’exigence ;
  • L’encouragement et la reconnaissance ;
  • La confiance (en soi, dans les autres, dans l’entreprise) ;
  • L’engagement et l’investissement de soi ;
  • Le sentiment d’appartenance.

Pour ce qui est de la bienveillance d’un manager, elle s’exprime dans la prise en compte des émotions de ses équipes et de leurs problématiques personnelles.

Le manager fait montre alors d’une certaine empathie qui permet au collaborateur concerné de se sentir réellement écouté, et considéré.

Avec des phrases du type « j’entends ce que tu veux dire », « je comprends que cette situation vous stresse » ou encore « pouvez-vous me dire ce que vous ressentez ou quels sont vos besoins actuellement ? », le manager prend en considération les émotions des membres de son équipe tout en gardant à l’esprit les objectifs souhaités par l’entreprise.

Dès lors s’installe une relation de confiance, d’encouragement et de reconnaissance. Contrairement au compliment qui suggère une dépendance au regard de l’autre, le fait d’encourager consolide l’estime de soi et le besoin de performer.

Un enjeu de réussite indéniable pour l’équipe et plus largement pour l’entreprise.

 

Apporter des valeurs

 

Management positif : Apporter de la valeurEn plus de donner des objectifs et des conseils pour parvenir à l’aboutissement d’un projet, le management positif met en avant les valeurs à véhiculer.

Il est essentiel d’aller au-delà du simple objectif qui s’avère rarement motivant en soi.

En effet, êtes-vous vraiment intéressé et excité par un chiffre d’affaires à atteindre ? Par une marge à atteindre ?

L’idée est de relier chaque objectif à quelque chose qui donne du sens.

En souhaitant assurer la santé de l’entreprise, en volant mettre en avant la capacité d’innovation, on élargit le spectre de l’objectif pour laisser plus d’autonomie et accroître la motivation de chacun.

 

Privilégier la confiance

 

Dans la plupart des cas, les collaborateurs cherchent toujours à faire de leur mieux au travail.

Et si vous contrôlez constamment ce qu’ils font, ils vont commencer à douter d’eux-mêmes, à être moins performant, moins productif.

Au lieu de faire reposer le management sur la peur — qui est la source de tout contrôle — apportez plus de souplesse et de créativité dans votre regard sur vos collaborateurs.Management positif : Privilégier la confiance

En mettant en exergue une certaine confiance, vous développez l’audace, l’esprit d’initiative et la flexibilité.

Et, chose importante de nos jours, vous affirmez le droit à l’erreur.

Faire du management positif, c’est savoir être ferme en tenant un gant de velours.

La récompense n’est pas automatique, mais vous savez valoriser le travail réalisé.

Cette démarche assurément positive et optimiste booste la dynamique d’une équipe en développant un champ de créativité plus vaste.

shares